Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Poutou 2017 > Questionnaires et réponses > Poutou2017. Réponses au questionnaire de Baignes-Sainte-Radegonde sans (...)

Poutou2017. Réponses au questionnaire de Baignes-Sainte-Radegonde sans nuisances éoliennes


Nous revendiquons l’arrêt du nucléaire en moins de 10 ans. Le nucléaire est une source d’énergie dangereuse voire mortelle, polluante, d’un faible rendement et coûteuse. À l’heure où Aréva et Edf sont dénoncées pour leur manquement à la sécurité, où leurs investissements financiers hasardeux les plongent dans les déficits énormes qui vont être payés par les usagers, nous réaffirmons la nécessité de réduire notre consommation d’électricité et de produire de l’électricité autrement, par les énergies renouvelables.

Les éoliennes font partie des moyens à mettre en place et à développer. Qu’elles soient terrestres ou offshore, les éoliennes dont les capacités de production ont été améliorées et continuent de l’être, feront toujours moins de mal aux humains et à leur environnement que des centrales nucléaires ou même à charbon.

Les restrictions que vous apportez sur les nuisances sonores et les infrasons sont à considérer. Nous sommes plus sceptiques sur les nuisances visuelles : il est toujours plus rassurant de voir des éoliennes qui ne comportent aucun risque mortel, que des centrales nucléaires vieillissantes et menaçantes.
Nous avons établi un scénario de sortie du nucléaire où nous démontrons, entre autres, que les éoliennes peuvent atteindre une production importante, avec efficacité, contrairement à ce que vous écrivez. D’après nos recherches, nous constatons qu’il est possible de produire 4 200 MW/an avec les éoliennes terrestres soit une production de 75,6 TW avec un fonctionnement sur 1 800 heures et 56 TWh avec les éoliennes en mer, avec un fonctionnement sur 3 500 heures.

Mais, si nous défendons les éoliennes, nous assortissons notre revendication d’un garde-fou fondamental qui empêche les capitaux privés de s’emparer de cette source d’énergie pour faire du profit, donc de faire n’importe quoi. Il n’est pas question de laisser les capitalistes verts implanter des éoliennes n’importe où et n’importe comment. Nous défendons un service public de l’énergie, géré démocratiquement par les usagers et les salariés du secteur, où les questions « comment produire ? Où ? Dans quelles conditions ? » seront posées et discutées. Nous défendons la nécessité d’une démocratie locale, dans le cadre d’une production du courant décentralisée, où les habitants peuvent être partie prenante des discussions, de l’aménagement de leur territoire.

Votre proposition d’implantation d’éoliennes à une distance de plus de 1 000 m des habitations et à plus de 10 fois la hauteur d’une éolienne fait tout à fait partie des discussions, mais plutôt que d’imposer une distance entre les éoliennes et les habitations (vous ne dites pas comment vous arrivez à ce chiffre de 1 km) est-ce qu’on ne devrait pas plutôt avoir des obligations de résultat ? Par exemple, ne pas dépasser tant de décibels au niveau des habitations les plus proches, la lumière de signalisation ne devrait pas affecter les habitations, etc.

Il nous semble que vous vous trompez de combat en refusant les éoliennes. Selon nous, il faut les intégrer au système de production de l’électricité en limitant au maximum les impacts négatifs.

Philippe Poutou

Répondre à cet article

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le mardi 14 novembre 2017