Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Poutou 2017 > Questionnaires et réponses > Philippe Poutou : "Face à l’urgence climatique, il faut limiter drastiquement (...)

Philippe Poutou : "Face à l’urgence climatique, il faut limiter drastiquement le trafic aérien"

Notre-Dames-des-Landes, taxes et trafic aérien : trois réponses de Philippe Poutou et du NPA au site spécialisé aerobuz.fr

Philippe Poutou et Christine Poupin lors de la manifestation contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le 27 février 2016

Aéroport Notre-Dame-des-Landes : quelle suite comptez-vous donner au dossier ?

Première mesure : abandonner le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, inutile, écologiquement nuisible, au coût exorbitant, qui nous engagerait, pour des décennies, dans la voie de l’augmentation d’un trafic aérien qu’il convient aujourd’hui d’endiguer.

Droits de trafic aérien : envisagez-vous un assouplissement comme proposé par le rapport Le Roux, pour permettre l’ouverture de lignes long courrier par des compagnies aériennes étrangères au départ des grands aéroports régionaux ?

Nous préconisons de limiter le transport aérien et de mettre en place un plan de lutte contre le réchauffement climatique passant par la mise en place d’un schéma régional d’organisation des transports, vers un maillage reposant sur le développement du rail, pour les voyageurs comme pour le fret, sur le service public. Réorienter les pratiques vers les transports en commun, ce qui suppose la définition par les populations de leurs besoins, l’organisation des dessertes, la gratuité... 

Taxe de solidarité prélevée sur les billets d’avion (dite taxe Chirac) : le rapport Le Roux proposait de sortir le transport aérien de l’assiette de cette taxe jugée discriminatoire pour le transport aérien français. Que comptez-vous faire ?

Le kérosène n’est pas taxé, comme les carburants pour les véhicules, c’est anormal. Le transport aérien français à commencer par Air France se porte bien, les bénéfices sont là. Nous sommes favorables à ce que le transport aérien paie le coût de son impact sur le réchauffement climatique.

Encore une fois, nous sommes contraints, vu l’urgence climatique, à limiter drastiquement le transport aérien.

Voir en ligne : Aerobuzz : « Notre-Dame-Des-Landes à l’épreuve de la présidentielle »

Répondre à cet article

SPIP 3.1.4 [23444] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le mercredi 19 avril 2017